Le vin biologique, le biodynamique et le naturel

vigne produisant du vin biologiqueLe vin biologique, le biodynamique et le naturel.

Depuis quelques années, la culture biologique se développe considérablement dans le monde viticole. Par ailleurs, la demande s’accroît pour le vin naturel. Mais qu’ y a t’ il vraiment derrière ces dénominations  ? Y a t’ il des différences entre un vin biologique, un vin biodynamique et un vin naturel  ? Cet article vous permettra d’y voir plus clair.

Vin conventionnel et vin biologique

La vigne est sensible à de nombreuses maladies qui impactent la quantité et la qualité des raisins. Les champignons mildiou et oïdium représentent les principaux ennemis de la vigne, contre lesquels les viticulteurs doivent lutter. Pour cela , la viticulture « conventionnelle  » utilise des produits de synthèse fabriqués par l’industrie chimique.

En viticulture biologique, les produits chimiques de synthèse sont exclus. Les vignerons luttent donc contre le mildiou avec du sulfate de cuivre, sous forme de bouillie bordelaise, contre l’oïdium avec du soufre en poudre.

De même, les engrais chimiques sont interdits en viticulture biologique et remplacés par des engrais organiques comme le compost ou le fumier.

La culture biologique n’autorise pas non plus les insecticides et les herbicides. Le plus souvent , c’est en labourant que le producteur bio va éliminer les herbes qui concurrencent la vigne.

La différence entre viticulture conventionnelle et viticulture biologique s’opère donc principalement dans le vignoble.

Depuis quelques années, il existe un cahier des charges pour la vinification biologique, qui limite l’usage des produits œnologiques. C’est notamment le cas pour les sulfites, dont les doses maximales autorisées se situent à des niveaux plus faibles pour les vins biologiques.

La viticulture biodynamique va plus loin

Un vin biodynamique est un vin biologique, produit selon des principes exposés par Rudolf Steiner, au début du 20ème siècle. Steiner pensait que les plantes étaient soumises à de nombreuses forces, celles des éléments eau, terre, air, feu, mais aussi des astres comme les planètes de notre système solaire.

Un calendrier donne les périodes favorables aux différentes parties des plantes  : racine, feuille, fleur ou fruit.

On pulvérise des préparations comme la bouse de corne ou la silice de corne sur les parcelles après dynamisation  : il s’agit d’un procédé qui consiste à mélanger les préparations à une eau que l ‘on va mettre en rotation et agiter pendant une durée bien définie.

En agriculture, la biodynamie peut être comparée à l’homéopathie en médecine.

La biodynamie présente une dimension mystique et relève de la croyance. S’il n’existe aucune preuve scientifique des résultats de la biodynamie, des producteurs reconnus parmi les plus grands en France ont adopté ce mode de culture.

La viticulture biodynamique, comme la viticulture biologique, fait l’objet d’un cahier des charges et donc d’une certification. Un label présent sur l’étiquette matérialise la certification et prouve que la production du vin a bien respecté les règles. Pour la biodynamie, il s’agit des labels Biodyvin et Demeter.

logo biologique français logo biologique européen logo biodynamique Biodyvin logo biodynamique Demeter
logo biologique français logo biologique européen logo biodynamique Biodyvin logo biodynamique Demeter

Le vin naturel n’existe pas

Cette phrase provocatrice signifie qu’il n’existe pas de véritable cahier des charges pour le vin naturel ou vin nature. D’ailleurs vous ne verrez pas la mention «  vin naturel  » sur une étiquette.

Cette remarque mérite une parenthèse  : le Vin Doux Naturel correspond à un mode particulier d’élaboration qui n’a pas de lien avec le sujet de cet article. Un vin doux naturel n’est pas un vin naturel  !

Les vins dits naturels sont très souvent biologiques, parfois biodynamiques. Les vignerons qui les proposent mettent en œuvre une philosophie qui vise à intervenir le moins possible lors de la production. Ils souhaitent ne pas ajouter ou ajouter un minimum de produits dans le vin. L’idée, fort louable, consiste à mettre en avant le raisin et donc révéler au maximum le terroir qui l’a engendré.

La nature est-elle capable seule de produire du vin, ou l’homme doit-il l’accompagner  ? Si oui, jusqu’où ? C’est là tout le débat sur le vin naturel.

La qualité des vins

Distinguer un vin conventionnel, d’un vin biologique, biodynamique ou naturel par la dégustation s’avère très hasardeux. La dégustation met obligatoirement en œuvre la subjectivité du dégustateur mais on peut affirmer que vous trouverez des vins à votre goût dans chaque mode de production, comme vous y trouverez des vins que vous apprécierez moins.

Les divers modes de production correspondent donc à des choix et des visions différentes des relations que doit entretenir l’homme (le producteur, mais aussi le consommateur) avec les plantes, son alimentation et son environnement.